Au magasin

Éviter de produire des déchets, c'est d'abord éviter de gaspiller. Et éviter de gaspiller, c'est d'abord éviter d'acheter l'inutile. Réduire ses déchets commence donc au magasin. Voici quelques conseils utiles et… économiques !

>> LIENS UTILES

Je fais une liste des courses.

Rédiger une liste de courses ne demande que quelques minutes et cela nous permet de gagner beaucoup de temps lors de nos achats !
Avec votre liste en main, vous évitez les achats impulsifs pour vous concentrer sur l'essentiel.
Gain de temps, gain d'argent et… déchets inutiles évités.

J’évite les produits jetables.

Le produit à usage unique, c'est dépassé ! C'est surtout une aberration écologique et économique. Les serviettes en papier, la vaisselle en carton ou la nappe en papier que l'on change à chaque usage coûtent bien plus que le tissu et la vraie vaisselle. Sans oublier qu'une fête commence par une belle table. Et là, pas de doute, le toc n'a pas sa place.

Je vérifie les dates de consommation.

Faites attention aux dates de péremption des produits que vous achetez. Évitez les produits "en fin de vie" si vous ne comptez pas les consommer rapidement.
Le truc, c'est de bien lire les étiquettes et de distinguer :

"A consommer jusqu'au…" : date limite de consommation au-delà de laquelle consommer le produit peut présenter un risque pour la santé ;
"A consommer de préférence avant le…" : date limite au-delà de laquelle le produit perd certaines de ses propriétés.

Pour en savoir plus : www.ecoconso.be/Halte-au-gaspillage-alimentaire

Je n’achète que ce qui m’est utile.

Voilà pourquoi la liste des courses est indispensable ! Parce que même dans les supermarchés, il est parfois difficile de résister à la tentation. Je me contente d’acheter ce qui est noté sur ma liste et je ne me laisse pas  tenter par les démons de la publicité.

Je privilégie les produits recyclés.

Connaissez-vous la différence entre un produit recyclable et un produit recyclé ?
Le produit recyclé est composé au moins en partie de matières recyclées. C'est-à-dire des matières issues des filières de recyclage des déchets.
Un produit recyclable est donc un produit qui peut être recyclé (on dit aussi "valorisé"). A condition, bien entendu, qu'il soit correctement trié.

Je privilégie les écorecharges et les produits concentrés.

Détergents, cosmétiques, poudres à lessiver, cartouches d'encre, café et bien d’autres produits sont conçus pour être "rechargés".  On n'achète qu'une fois le contenant et on ne remplace que le contenu !

On génère moins d'emballages et donc moins de déchets. CQFD !

J’utilise un sac réutilisable ou un cabas pour faire mes courses.

Bon, d'accord, ce ne sont plus les vedettes aux caisses des supermarchés. Mais les petits sachets en plastique sont encore trop souvent utilisés. Notamment pour les petits achats, comme à la pharmacie, par exemple.
Sachez juste qu'un sac en plastique met près de 1.000 ans pour se dégrader.
Garder ce chiffre bien en tête lors de votre prochain passage aux caisses de votre supermarché, dans le rayon des fruits et légumes… ou à la pharmacie.

Je lis attentivement les promotions et me méfie des tentations.

Gagner quelques centimes, voire quelques euros en achetant un produit en promotion est tout à fait légitime. Mais pour limiter sa production de déchets, il faut être attentif à deux choses :
  1. Dans le cas de denrées périssables, il faut s'assurer que derrière la promo ne se cache pas une date de péremption trop proche.
  2. Les promos se font généralement sur des gros volumes. Or, il est important de toujours acheter en fonction de ses besoins et donc de la taille de son ménage.

Sans oublier que la promo, souvent placée en tête de banc, constitue une tentation irrésistible pour un produit… rarement indispensable. Sachez être vigilants !

J’évite les gadgets inutiles.

Les gadgets inutiles, ce sont ceux qui traînent dans le fond du dernier tiroir, sur l'étagère du haut ou encore, selon leurs volumes, dans le fond du garage. Leur point commun ? Ce sont des déchets en puissance, loin d'être des achats réfléchis.

Je ne cède pas à la tentation du produit "dernier cri".

Avant d'acheter ce nouveau smartphone ou cette nouvelle tablette, posez-vous une seule question : le changement est-il vraiment nécessaire ?
Pour les produits technologiques, mais également pour certains équipements électroménagers, l'achat d'un nouveau modèle souvent est dicté par la tentation de posséder un appareil "dernier cri".
Un dernier cri qui s'entend  dans votre portefeuille et qui résonne sur toute la planète.
Parce que même si le recyclage des anciens ne cesse de s'améliorer et qu'une partie sans cesse croissante de composants retrouvent une deuxième vie, ce remplacement produit des déchets.

J’achète des ampoules économiques.

Certes elles sont plus chères à l’achat mais croyez-moi, à l'usage, vous récupérerez largement votre investissement.
Quelques chiffres qui en disent long :
  • Les ampoules économiques transforment 80% de l'énergie consommée en lumière, contre 5% pour les ampoules classiques (déperdition en chaleur) ;
  • Comme elles chauffent moins, elles diminuent le risque de brûlure et d'incendie ;
  • Elles consomment jusqu'à 5 x moins d'électricité qu'une ampoule classique ;
  • Elles ont une durée de vie environ 8 fois supérieure aux ampoules incandescentes…

J’achète les quantités en fonction de mes besoins réels.

Pas la peine de privilégier systématiquement les gros volumes pour faire des économies sur le prix à la pièce. L'idéal, c'est d'acheter en fonction de ses besoins réels et de la taille de son ménage.
D'accord, à la pièce, le pot de yaourt emballé par 24 revient moins cher que celui emballé par 6. Mais si, au final, vous jetez 6 des 24 pots parce qu'ils sont périmés, vous êtes perdants ! Faites le calcul.

J’achète des fruits et des légumes de saison et privilégie les productions locales.

Plusieurs raisons peuvent soutenir une telle démarche. Parmi celles-ci, rappelons que :
  • Les produits locaux n'ont pas parcouru la planète entière avant d'arriver dans l'étal de votre maraîcher. Ils sont donc moins chers, car les frais de transport sont réduits ;
  • Faire le tour de la terre en avion, bateau ou camion, cela produit une grande quantité de CO2. C'est donc très mauvais pour notre planète ;
  • Les produits de saison profitent d'une maturation optimale, dans des conditions naturelles. Ils sont donc meilleurs pour la santé et plus goûteux ;
  • Les produits locaux et de saison, cultivés naturellement, subissent moins de traitements et sont donc beaucoup plus naturels…

J’achète en seconde-main (troc,  don, bourses échange…).

Les possibilités de trouver un produit en seconde main sont nombreuses et concernent plusieurs domaines : les vêtements, les loisirs, le mobilier, l'informatique, le multimédia…
Cette pratique vous permet non seulement de faire de sérieuses économies, mais elle est un moyen efficace de restreindre la consommation de ressources naturelles. Et le bien revendu ou échangé plutôt que jeté, reste un bien sans être un déchet !

LIENS UTILES

Un jour, un geste (COPIDEC)
Les bons gestes avant de faire les courses (BEPN)
Consommer local et de saison (BEPN)
Brochure Gaspillage alimentaire (ICDI)

Une WAllonie Plus Propre

10 gestes clés en vidéo

Je récite sans trébucher

Réduction du Gaspillage Alimentaire en Wallonie - A Ottignies, on n’en perd pas une miette